Pourquoi engager un directeur financier à temps partagé pour son entreprise ?

Innovations d'entreprises Portraits d'entrepreneurs

Depuis une dizaine d'années, on observe une tendance croissante dans le paysage entrepreneurial : de plus en plus d'entreprises font le choix de recourir à un Directeur Administratif et Financier (DAF) à temps partagé. Si le fait de confier la gestion administrative et financière à un consultant externe à l'entreprise peut de prime abord sembler contre-intuitif, il présente aussi des avantages non négligeables. Pour en attester, il suffit d'examiner la trajectoire de 2CFinance, un cabinet de conseil financier opérationnel qui propose aux entreprises en forte croissance, quel que soit leur secteur d'activité, un service de Directeur Administratif et Financier à temps partagé, afin de les accompagner dans les différentes phases clés de leur développement (démarrage, croissance, restructuration).

Rencontre avec Benjamin Bitton, l'un des associés fondateurs de 2CFinance, pour parler des spécificités mais aussi de la diversité des missions de cette fonction en plein essor. 

 

Le DAF à temps partagé : kézako ?

Créé en 2009, 2CFinance est le cabinet de conseil financier des entreprises de croissance et des startups. Avec une cinquantaine de collaborateurs et plus de 800 missions réalisées, le cabinet est spécialisé dans le Transaction Services et la Direction Administrative et Financière Part Time. Sa mission principale est de « conseiller les investisseurs et les dirigeants pour diagnostiquer et améliorer la qualité et les performances des directions financières d’entreprises ». Elle accompagne depuis plus de 10 ans les fonds d’investissement, dirigeants de société, actionnaires et acquéreurs potentiels dans le cadre d’opérations de haut de bilan (acquisitions, cessions, levées de fonds, spin-off et carve-out), et les entrepreneurs (start up, scale up, PME) grâce à une offre de direction financière externalisée adaptée à leurs besoins.

Pour accompagner ces entreprises en phase de croissance très souvent focalisées sur le développement de leur technologie et de leur marché, un DAF à temps partagé exerce les fonctions classiques du directeur financier pour plusieurs entreprises à la fois, à raison de quelques jours par semaine ou par mois chez chaque client. C'est un profil hybride, "à la fois très opérationnel, mais également force de proposition sur la stratégie, accompagnant le dirigeant dans ses prises de décision". Or c'est précisément ce type de profil que recherchent les startups en hyper-croissance, comme nous l'explique Benjamin Bitton, associé chez 2CFinance. "Ces sociétés à la croissance impressionnante se trouvent rapidement en face d'un choix cornélien : soit elles recrutent un directeur financier high level mais pas forcément très opérationnel, soit elles font confiance à un profil plus junior mais sur qui pèseront de grosses responsabilités", schématise-t-il. 

C'est pour combler ce trou dans la raquette qu'intervient le DAF à temps partagé, lui qui est doté à la fois d'une expérience solide et de l'envie de participer pleinement aux challenges opérationnels de l'entreprise, dont la situation financière et la structure comptable n’est pas toujours l’enjeu majeur du dirigeant. "Un des objectifs du DAF part time consiste à faire de la comptabilité, le reflet parfait du business et de l’activité de la société", résume Benjamin Bitton. Les profils de DAF à temps partagé recrutés par 2CFinance ont en commun une expérience financière de 5-6 ans, complétée par une expérience de 1 à 10 ans plus opérationnelle. "Notre équipe se distingue par la complémentarité des profils, et il n'est pas rare de se retrouver mobilisés à plusieurs pour aider l'un de nos collaborateurs sur une problématique déjà rencontrée par l'un de ses pairs", détaille Benjamin Bitton. Si l'on en croit le faible turnover chez 2CFinance, un tel mode d'organisation a l'air de fonctionner. 

Le DAF à temps partagé est un profil « couteau suisse », adaptable et polyvalent, qui sera très rapidement opérationnel et autonome dans la gestion des activités financières et stratégiques. Réactif et disponible, il saura également prioriser les sujets de chacun de ses clients et se rendre indispensable. Doté d'une approche métier en tant que « Business Partner », il saura s'impliquer et conseiller le dirigeant comme s'il faisait partie intégrante de l'entreprise. Son défi principal consiste alors à être capable de rentrer dans un niveau de détails aussi fort qu’un DAF à temps plein tout en restant à temps partagé. Benjamin Bitton note d'ailleurs, non sans fierté, que ses collaborateurs emploient souvent le pronom "nous" pour parler de l'entreprise cliente dans laquelle ils sont missionnés - comme s'ils en étaient un salarié à part entière. Du côté du client, être accompagné par un DAF à temps partagé donne le sentiment d’avoir quelqu’un derrière soi. 

Un développement rapide requiert de grandes responsabilités financières

Interrogé sur les secteurs de prédilection dans lesquels 2CFinance opère, Benjamin Bitton évoque "la Tech en général", où les problématiques financières "restent globalement les mêmes". "Ce qui importe pour ces sociétés en hypercroissance, c'est de rester agile dans le pilotage de l'activité, qu'il s'agisse de s'étendre à l'international ou de développer un nouveau produit", constate l'associé de 2CFinance. Le point commun de toutes les entreprises accompagnées par le cabinet de conseil n'est pas tant le secteur que l'ambition forte du dirigeant à sa tête, et le besoin de structuration croissant de l'organisation financière. "On peut ainsi passer d'une PME de textile à une startup SaaS en un clin d'oeil", explique Benjamin Bitton, dont la société d'une cinquantaine de collaborateurs accompagne jusqu'à 150 clients par mois.

Les attentes des chefs d'entreprise lorsqu'ils engagent un directeur financier à temps partagé sont multiples. C’est pourquoi, le DAF à temps partagé a plusieurs casquettes allant de la maîtrise des outils à la gestion, l'accompagnement et le contrôle, en passant par la stratégie financière, le pilotage et la culture du cash. Il doit sans cesse jongler entre la fonction comptable, alors très normée et dogmatique et la vision business d’un dirigeant, une vision atypique. "Ce relais constant entre comptabilité, finance, business et opérationnel fait de lui un véritable chef d’orchestre", figure Benjamin Bitton.  

En ce qui concerne la gestion de trésorerie, Benjamin Bitton reconnaît ne pas avoir de préférence pour un outil ou un autre : "Tout dépend des besoins de la société, de son niveau de maturité et de sa capacité à sortir un reporting avec la finesse et la bonne granularité des charges et des encaissements". Peu importe les moyens convoqués, de "l'excel classique à l'outil finetuné", ou même des outils de référence (tels que les outils de gestion de notes de frais, gestions des dépenses, gestion du pipe commercial et de la facturation), l'objectif premier de 2CFinance consiste à s'assurer que le dirigeant a une vision claire de son entreprise. En clair, il n’existe pas de solution clé en main, mais plutôt "un panel de solutions capables de fournir un niveau de réponse fort", clarifie-t-il.

Pour garantir la réussite du projet, il ne faut surtout pas sous-estimer le fit entre le CFO à temps partagé et le dirigeant de la société. Raison pour laquelle 2CFinance s'évertue à anticiper le profil psychologique de l'entreprise, prenant soin de qualifier l'ADN et le trackrecord de son CEO. Lorsque la collaboration est fructueuse, le DAF à temps partagé se révèle être un véritable atout dans la trajectoire de l'entreprise.

Les conseils fondamentaux pour les startups qui entament une phase de croissance

Au-delà du modèle financier, de l’organisation en interne et de la structure d’une société très variables, il s’agit surtout de la capacité du CEO de la société d’être à l’écoute des recommandations qui lui sont faites,  pour mettre en place les leviers proposés. Ces points constituent des critères de distinction qui seront déterminants dans le succès de la mission, "mission qui peut aller de 6 mois …à 6 ans”!.

Pour entreprendre une phase de scalabilité, Benjamin Bitton met l’accent sur 3 points décisifs. Le premier conseil se fait entendre avec force à travers l’expression "Cash is king" employée par l’associé. Il est ainsi recommandé d’anticiper au mieux tous les besoins présents et futurs de trésorerie en amont. Benjamin Bitton mentionne Neftys comme un bon exemple d’outils qui, à travers le CIR, permet de préfinancer une croissance et d’obtenir des moyens plus élevés en un temps rapide. Le deuxième conseil concerne l’interprétation et la lecture des éléments comptables et financiers. Afin de bien suivre sa société et de la faire grandir vite, il est important de définir correctement des indicateurs de performances clés et de les figer dans le temps de sorte à ne pas gêner leur lecture. Comme le rappelle Benjamin Bitton, "le futur ne peut être tracé seulement lorsqu’on a un passé et un présent qui se lisent facilement". Enfin, le dernier conseil porte sur l’harmonie de la communication ou autrement dit : l’importance de partager l’information avec tous les départements de la société pour faire vivre à tous la même croissance. 

Une utilité accrue face à l’apparition de nouveaux défis

Parce qu'elle révèle le besoin criant de s'appuyer sur des projections financières de qualité dans un contexte d'incertitude, la période actuelle a renforcé la légitimité des directeurs financiers à temps partagé, d'après Benjamin Bitton. 

Outre la crise sanitaire et la pénurie de composants et de matières premières, c’est surtout la capacité à savoir faire face à des problématiques nouvelles qui fait valoir la nécessité de faire appel à un DAF à temps partagé. Les défis varient d’une entreprise à une autre et sont propres aux besoins de celle-ci : il peut s’agir d’ouvrir une filiale dans un pays inconnu où les normes sont différentes de l’UE, comme de remédier à une problématique de gestion de stock ou de réapprovisionnement dans des pays lointains avec une monnaie différente. "Plus on fait de missions, plus on a un niveau d’expérience et de maturité", prouve le CEO de la société.

Le secret de la réussite de 2CFinance ? L'hyperréactivité dont ses collaborateurs font preuve, selon la plateforme de recommandations et de témoignages clients, Trustfolio. 2CFinance repose sur un mode d'organisation spécifique : tous les collaborateurs ne sont pas staffés à 100%, ce qui leur permet de dégager du temps pour les urgences. Car c'est bien là que réside, selon Benjamin Bitton, la force des directeurs financiers à temps partagé : être capable de soutenir l'exigence d'entrepreneurs qui "ont mis tous leurs œufs dans le même panier"...

 

Partager :

À lire également