Le blog Neftys utilise des cookies pour vous garantir une bonne expérience de navigation. Si vous continuez à visiter notre site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.

Actualités

5 épisodes marquants de la création de Neftys

le 1 décembre 2017

Avant de réussir, une idée parcourt parfois un long chemin semé d’embûches. Arnaud Chambriard, fondateur de Neftys, en sait quelque chose. Retour sur 5 épisodes marquants avant la création de Neftys en 2011.

Episode 1 : Le faux départ

Quand l’aventure s’arrête avant d’avoir commencé

Début 2009. Après 15 années passées au service de grands comptes internationaux en banques d’investissement, Arnaud Chambriard subit la crise financière. Il observe la BCE (Banque centrale européenne) abreuver les banques en liquidités pendant que les entreprises ne trouvent plus de financements. Avec deux associés, il imagine alors une « banque des entreprises » dont celles-ci seraient à la fois clientes et actionnaires. Belle idée ? Pas pour les agences de notation, qui la passe rapidement sous les fourches caudines du rating. C’est la fin de l’aventure avant même qu’elle n’ait pu naître.

« L’ironie de l’histoire, c’est que nous avons reçu un courrier rectificatif pour évaluation erronée 1 an après. Au-delà de l’anecdote qui fait sourire avec le recul, cette expérience m’a beaucoup appris et j’ai noué de solides contacts pour le futur. »

Episode 2 : la sérendipité

Quand l’innovation rencontre le financement

La sérendipité, c’est cet art méconnu de faire une découverte par hasard. Car, « s’il faut de la compétence et de la persévérance pour réussir, il faut sans doute aussi une part de chance », dit le fondateur de Neftys. Cette sérendipité s’est manifestée quand germait encore l’idée première de la banque des entreprises. Une société de conseil sollicitait alors régulièrement les créateurs, qui finirent par la recevoir. « Messieurs, votre concept de banque est éligible au CIR (Crédit impôt recherche), vous devez pouvoir mobiliser 200 000 € ». Ça alors. En phase de création, l’opportunité s’étudie.

« En allant plus loin, je réalise que pour toucher cette somme, il aurait encore fallu qu’on se paie et ce n’était pas le cas… Faux espoir et vrai casse-tête. Mais à l’époque, cette histoire de CIR m’interpelle et me rappelle que j’ai en d’autres temps pratiqué le « financement de créances en germe », une technique financière d’avance de trésorerie peu connue mais qui pourrait être aussi fort utile lors d’une phase d’innovation, qui génère par essence très peu de chiffre d’affaires. C’est à ce moment que l’idée d’un préfinancement du CIR germe, pour résoudre les problématiques que rencontrent les PME et startups innovantes. »

 

Episode 3 : la désillusion

Quand le terreau n’est pas fertile

L’idée Neftys est excellente, son créateur en est convaincu. Le montage Neftys « coche toutes les cases » et satisfait tout le monde, entrepreneurs comme investisseurs. Enfin un financement simple et rapide pour les entreprises en phase fragile, sans risque pour les investisseurs mais à haut potentiel ! La quadrature du cercle, l’alignement parfait… Pour lancer Neftys, son fondateur convainc deux banques de créer une offre de préfinancement du CIR. Après deux ans de mise au point, l’offre est lancée. Mais les résultats, en termes de taux d’acceptation comme de rapidité, ne sont pas à la hauteur des objectifs.

« C’était une déception bien sûr. Mais je n’étais pas résigné et restais fermement persuadé que l’idée était bonne. Simplement pas adaptée pour le canal bancaire. Je devais la réaliser autrement. »

Episode 4 : la conviction

Quand la loi est la loi, mais que la loi peut changer

A ce moment de l’histoire, la loi française stipule qu’« une créance en crédit impôt recherche ne peut être mobilisée qu’auprès d’une banque ». Arnaud Chambriard est doublement frustré : de savoir que là n’est pas la panacée, ni de pouvoir mettre en œuvre son idée. Il parvient à entrer en contact avec le rapporteur de la commission dédiée au Sénat, puis est reçu à l’Assemblée Nationale et, de fil en aiguille, son idée parvient au ministre du budget.

« Je me suis rendu compte que si on a une bonne idée et qu’on présente son projet, on peut recevoir une écoute jusqu’au plus haut niveau de l’Etat. L’amendement permettant l’élargissement des financements du CIR auprès de fonds a été voté à l’Assemblée Nationale. »

Episode 5 : la rencontre

Quand on saisit l’opportunité

En attendant que son idée se concrétise, Arnaud Chambriard réalise des missions de conseil en parallèle. C’est ainsi qu’il rencontre Acofi Gestion. Au même moment, il mène sa première levée de fonds pour Neftys. A la fin de la mission et après avoir parlé de son projet, Arnaud Chambriard propose à Acofi Gestion d’entrer au capital de Neftys.

Je tenais régulièrement mes interlocuteurs au courant de l’avancée de mon projet et, comme la confiance était établie de part et d’autre, cela s’est fait naturellement. Aujourd’hui, Acofi Gestion est un partenaire stratégique pour Neftys. C’est une belle histoire. »

 

Depuis 2011, Neftys accompagne les entrepreneurs innovants avec cette solution née d’une histoire tumultueuse mais dont est ressortie une promesse forte pour financer l’innovation : « un haut taux d’acceptation (90 %) dans un délai rapide (quelques semaines) ». Une fierté pour son fondateur, heureux d’avoir concrétisé son idée et de pouvoir accompagner avec une solution adaptée les entrepreneurs innovants, créatifs et audacieux de France.

Laisser un commentaire